Mauves - Ardèche

  • Mauves - Ardèche
  • Mauves - Ardèche
  • Mauves - Ardèche
  • Mauves - Ardèche
  • Mauves - Ardèche
  • Mauves - Ardèche

Accueil du site > Pages Annexes > Suite Histoire de l’Eglise de Mauves

Suite Histoire de l’Eglise de Mauves

1879

Le 3 avril 1879 , la paroisse en fête accueille l’évêque du diocèse, Mr BONNET, qui, pour sa première visite à Mauves, vient bénir la pose de la première pierre de l’église.

Pendant les travaux, les fidèles seront accueillis dans la chapelle des Pénitents, une chapelle qui date de 1660. Le dimanche 6 mars 1881 avait lieu la bénédiction de la nouvelle église (inauguration).

La bénédiction a été donné à la messe du matin par l’abbé CHARRE, en présence des notables de la paroisse, du Maire de la commune et de très nombreux fidèles. La fanfare de l’époque était aussi invitée.

L’après-midi, le Saint Sacrement, déposé à la chapelle des Pénitents, était amené en procession à la nouvelle église. L’archiprêtre de Tournon présidait la cérémonie ; beaucoup de prêtres des alentours étaient présents. Ce dimanche marquait aussi l’ouverture d’une mission prêchée par deux Pères rédemptoristes.

1882

La nouvelle église - donc l’église actuelle est de style "néo-gothique". Ses dimensions intérieures sont : longueur 32 mètres 50 - largeur (hors transept) 13 mètres 90. L’édifice était loin d’être démesuré ; le résultat d’un "comptage" en 1882 donne un peu plus de 1100 habitants dans la commune.

L’église pouvait accueillir les fidèles mais n’était pas achevée à 100%. En particulier, la construction du clocher s’est arrêtée au niveau où aurait démarrer la flèche en pierre. L’argent manquait pour continuer. On raconte aussi que l’architecte se satisfait de la situation. En fait, le mur "Est" du clocher pour une raison restée obscure, est construit en léger porte-à-faux par rapport au gros oeuvre de l’édifice (sans le porte-à-faux le clocher n’aurait pas été "carrée).

Les chapelles latérales aussi n’étaient pas terminées ; des briques en obturaient l’accès. Le chemin de croix n’était pas réalisé. En revanche, l’église était (et est toujours) ornée sur chaque fenêtre ogivale de très vitraux de la maison LEVEQUE de Beauvais. Le grand vitrail du choeur est remarquable.

1886

Fin octobre 1886 eut lieu une nouvelle mission ; mission au cours de laquelle furent inaugurées les statues de Joseph et de Marie placées dans leurs chapelles respectives, les chapelles du transept. "L’écho paroissial" du moment nous apprend que ces statues avant d’être mises en place ont été portées en procession dans les rues du village.

La mission prenait fin le premier dimanche de novembre 1886 . Ce jour-là fut aussi inauguré le chemin de croix par l’Evêque de Viviers. Ce chemin de croix a été réalisé également par la maison LEVEQUE. Il est en céramique peinte. Toutes les stations sont reliées entre elles par les médaillons représentant les instruments de la passion de Jésus.

1906

L’église n’était toujours pas consacrée. Cette consécration aurait dû avoir lieu en 1906. Tout était prêt mais tout fut annulé car "l’inventaire officiel" avait été fixé le même jour. La loi de séparation de l’église et de l’Etat était passé par là...

1912

Finalement c’est le 11 novembre 1912 , jour de la fête de St Martin patron de la paroisse, qu’eut lieu la consécration par Mr GELY, Evêque de MENDE sous la présidence de Mr BONNET Evêque de VIVIERS, en présence de nombreux ecclésiastiques et de très nombreux fidèles. L’Avant-garde Tournonaise - fanfare de la jeunesse catholique - était là pour la partie "musique". La cérémonie fut imposante, l’enthousiasme des paroissiens le fut aussi. "L’écho paroissial" nous raconte que la veille de la consécration des feux de joie avaient été allumés sur la colline jouxtant le village.

1913

En 1913, la famille OZIER offrit l’horloge du clocher. A noter qu’un membre de la famille, EVARISTE, après avoir fait partie du conseil municipal, a été Maire de la commune du 30 avril 1871 au 5 septembre 1886.

Le temps passa. La deuxième guerre mondiale était déclarée. Le curé du moment, l’abbé GRANGE fit un voeu : si la guerre épargne Mauves une statue sera érigée sur le clocher. Sur le monument aux Morts de la commune, figurent gravement endommagées par des incendies.

1946

En 1946, une statue monumentale (hauteur 5m25) du Sacré-Coeur fut érigée sur le clocher.

En 1965/1966, l’horloge à "poids" a été remplacée par une horloge électrique.

1989

Le 12 avril 1989 , il est 12h12, la foudre tombe sur la statue et la fait exploser. La toiture de l’église est gravement endommagée ce qui la rend inutilisable. Pendant deux ans le culte sera célébré dans la salle des Pénitents.

La statue ne sera pas reconstruite. De toute façon, du point de vue esthétique elle ne faisait pas l’unanimité. Un des prêtres ayant succédé à l’abbé GRANGE avait prononcée cette phrase malheureusement prémonitoire : "cette statue n’est pas belle il n’y aura que la foudre pour nous en débarrasser".

1991

Après avoir entendu pas mal de Malvinois et Malvinoises, le conseil municipal a tranché en faveur d’une flèche en ardoise ; surmontée d’un coq, elle culmine à 45 m de hauteur. L’église a pu être utilisée à nouveau en avril 1991 . Auparavant, la couverture intérieure avait été restaurée, un chauffage au gaz avait été installé et les peintures intérieures avaient été refaites.

Le buste de la statue de 1946 a été restaurée et a été installé sur un socle protégés au titre des monuments historiques.

Pour fini rappelons qu’une cloche et une croix (bois du XIXème) sont protégés au titre des monuments historiques.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF